avr
17
2011

Des fleurs, de sous la neige…

Y’a pas que moi qui redoute de louper le printemps. A Vladivostok, je rencontre Nelia, peintre. « Marilia, il me reste 200 roubles, de quoi prendre le train electrique, jusqu’a la sortie de la ville. Faut que je trouve des fleurs, pour peindre, pour vendre… j’en ai marre de manger que des nouilles, j’veux des legumes! J’espere que je suis pas trop en retard pour trouver des « … » et les « … » (je me souviens plus des noms) »             

Finalement, pas de panique, seuls les Podsniejniki, les « fleurs de sous la neige », les toutes premieres a sortir, repondent presentes. J’ai trouve ca un peu fou: arracher des pleurs pour les peindre en centre-ville, montrer tout ca dans des galeries pour que des riches respirent, achetent une image de fleur afin d’ avoir le souvenir de leur odeur (si lointaine, si lointaine) accroche dans la cuisine.

Questions pratiques, je me confronte aux meandres epineux des demarches administratives. J’en perd parfois tellement mon sang froid (pour un tampon qu’on a oublie de mettre, pour une information qu’on a neglige m’indiquer, au bien encore a cause des bouchons et de la poussiere), que j’en ai perdu mon porte-feuille! Ca aide pas a voir le bout du tunnel…

Ecrit par admin in: Printemps |

Pas de commentaire »

RSS feed for comments on this post. TrackBack URL

Laisser un commentaire

Propulsé par WordPress | Site internet/Graphisme :Potager graphique | Template : TheBuckmaker.com